Encres Vives : une revue et des éditions

pour la poésie et les poètes d'aujourd'hui.

Vient de paraître

Yves-Jacques BOUIN

Ce que je serre

dans mes paumes

Coll. "Encres Vives" n° 508.

Parution : décembre 2020, 16 p., 6,10 €

 

 

PRÉSENTATION

"Hâte-toi de monter / Les marches se fendent", écrit Yves-Jacques Bouin, avec en écho ce message de Fernando Pessoa, peut-être entendu au café A Brasileiro de Lisbonne cher au poète, aux deux poètes, devrions-nous dire : "Debout, sur les pays conquis / Il baisse ses yeux fatigués / De voir le monde, et l'injustice et le hasard."

Comment ne pas sentir l'actualité serrée dans les paumes des mains en lisant ces pages ? Tout est là, se montre, s'expose puis disparaît. Le comédien qu'est aussi Y.-J. Bouin a l'art de dire, de désigner, de dénoncer. Puis, jouant - jouer défie la vie - il remet ou renvoie au public cette part, volatile et duelle, des anges, qui, transposée dans le registre alchimique, fait aussi sa part au diable, mélange de vie et de mort, d'érotisme et de "petite mort", d'ivresse et d'immobilité, partage des mots aussi, à la fois l'oubli et l'innombrable, le confinement et les corps, les visages et l'index, les instants et la légende, les jours de détresse et le temps du chant. Sommes-nous entrés dans cet "aujourd'hui" qui est, sera avant tout le "temps d'écrire" ?

 

Chantal DANJOU

Anne

MOUNIC

L'Instant au coeur

(Poèmes 2019-2020)

Coll. "Encres Vives" n° 507.

Parution : novembre 2020, 16 p., 6,10 €

 

 

PRÉSENTATION

Splendeur

Le train glisse sur la continuité grise

du paysage s'étirant sous la nuée, et

croise le fleuve qui la reflète.

                         En contraste

avec la profondeur sombre que les eaux

dissimulent, quelques trouées plus claires

paraissent lumière.

                        Dans la résonance

se parfait le monde, plus gai,

plus accueillant, d'une lumineuse

                        splendeur.

La grisaille se fait écrin de ce joyau

à déceler sous l'indifférence

                        tragique

de l'immédiat.

                        La merveille

répond à l'effort qui la révèle.

Dominique TESSON

Noroit (Normandie)

Coll. "Lieu" n° 392

Parution : novembre 2020, 16 p., 6,10 €

 

 

4e DE COUVERTURE :

Prononciation normande du mot nord-ouest, ce recueil comme une lente déclinaison de mon poème Terres normandes à travers les fissures de certaines pierres, une voie, un passage où coule la Seine.

Autres parutions récentes

Dernière mise à jour du site : 24/05/2020

Création et gestion Jean-Marie David-Lebret, 2014.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now