Encres Vives : une revue et des éditions

pour la poésie et les poètes d'aujourd'hui.

Vient de paraître

Alain

LACOUCHIE

Apatride des espaces

Coll. "Encres Vives" n° 495.

Parution : nov. 2019, 16 p., 6,10 €

 

 

PRÉSENTATION

Aujourd'hui, la haine déborde de partout. Et la violence. La nature, elle-même...

La sensibilité de l'auteur saigne sous ce vacarme : une écriture précise et riche d'images fortes que forgent chocs et révoltes, colères, cris ; les braises s'enflamment. Amputé de ses yeux grands ouverts, l'auteur s'étouffe de son désespoir : sommes-nous définitivement liés à "la parabole des aveugles" de Pieter Brueghel l'Ancien ?

Ces brûlures, Alain Lacouchie les porte en lui depuis longtemps. Elles apparaissent, avec plus ou moins d'intensité, à travers la quarantaine de recueils de poésie et de nouvelles publiés à ce jour. Ainsi, Joseph Rouffanche (Prix Mallarmé) écrivait à propos de son écriture : "Férocité, désespoir, révolte, souffrance indicible, torturante qui persécutent, violentent, cette syntaxe géniale au coeur d'un désastre humain couramment enduré, exacerbé". Avec, en écho, cette affirmation de Jean Joubert (Prix Renaudot et Prix Mallarmé). Il qualifiait ainsi la poésie d'Alain Lacouchie : "Poésie ouverte, poésiee, entre tragique et ferveur". Ce recueil est dans cette tonalité.

Gérard

MOTTET

À quoi rêvent les arbres ?

Coll. "Encres Vives" n° 494.

Parution : oct. 2019, 16 p., 6,10 €

 

 

PRÉSENTATION

La poésie se génère dans un crépuscule, une source, un arbre, ou l'être humain qui les contemple ; l'harmonie atteignant son paroxysme lorsque cet être sera à son tour contemplé par l'arbre, la source ou le crépuscule.

Gérard Mottet fut-il arbre dans une vie antérieure ? Il est en tout cas leur frère en ce qui fait leur unicité : à la fois demeurer disponible au souffle et ne rien céder sur les racines.

Sa forêt, telle celle de Dunsinane face à Macbeth, avance. Le chemin qu'elle emprunte est randonnée dans l'intime de la beauté, ligne fictive jamais atteinte alimentée par l'horizon. Et les rêves des arbres sont, sous la plume du poète, voyage qui consacre nos retrouvailles avec le monde.

Jean-Louis BERNARD

Gilles LADES

Repaires du regard

Coll. "Lieu" n° 381

(Quercy, Alpes et autres lieux)

Parution : décembre 2019, 16 p., 6,10 €

 

 

PRÉSENTATION

Dans ce recueil se conjuguent deux instances : la mémoire et le lieu. La réalité concrète de ces lieux, qu'ils fassent référence à l'univers de l'ici : - naissance, origine -, ou de l'ailleurs : - séjour, voyage -, a pris au long du temps une valeur symbolique, cristallisant à la manière des concrétions souterraines. Ces "bouts du monde", où la beauté et la solitude s'associent étroitement, constituent autant de sésames du parcours poétique de Gilles Lades. Ils sont confiés au regard intérieur qui les ravive et les renouvelle. Une existence s'y reconnaît, entre secret et partage.

Autres parutions récentes

Dernière mise à jour du site : 02/10/2019

Création et gestion Jean-Marie David-Lebret, 2014.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now