Revue de presse

Christian Saint-Paul (Radio Occitania, émission du 05/12/2013), à propos de Michel Cosem :

 

« Cet infatigable travailleur littéraire comme se plait à le souligner Jean JOUBERT est aussi un grand voyageur. Voilà cinquante ans, qu’il nous ramène de partout dans le monde les pépites offertes à ceux qui savent regarder. Ce vétéran de la poésie, qui n’a plus rien à prouver (Prix Artaud, Prix Malrieu) et qui avec une facilité radieuse réussit ce "dur désir de durer" cher à Eluard, ne cesse de nous faire partager ses découvertes d’éditeur en ayant à son catalogue les noms les plus prestigieux de la poésie contemporaine à côté des nouveaux venus qui feront la poésie de demain. Un vrai sacerdoce réalisé dans une liberté absolue et sans soutien public. Exemplaire !  Avec Encres Vives, le lecteur retrouve le sens que peut prendre une vie quand elle est tournée vers une langue revigorée par les poètes. Michel COSEM choisit ses auteurs et dirige sa revue et ses éditions en "poète du bonheur intérieur" selon le constat déjà de Robert SABATIER ; il poursuit inlassablement son ouvrage en « voyageur contemplatif dans l’aveuglant dans l’aveuglant paradis » selon Gilles LADES. Et avec lui, on ne cesse de voyager, dans les recueils des poètes qu’il publie - il a même créé une collection "Lieu" - dans ses propres poèmes indéfectiblement situés dans l’espace et le temps, dans ses romans traversés par l’Histoire. Et bien sûr dans l’imaginaire et la saveur de la langue. »

"La revue Encres Vives, qui depuis 1960 a pris une part importante à la création, est significative de l'évolution de la poésie. Ouverte à ses débuts à ce qui participait plus volontiers du sensible que de l'intellectuel, elle a accueilli les recherches nouvelles au début des années 70 pour offrir ce qui lui est propre : l'imagination créatrice fondée sur le réel."

 

Robert SABATIER, La Poésie du XXe siècle tome 3 : Métamorphose et modernité, Albin Michel, 1988.

IMG_20200806_0003.jpg

N° 500 spécial Comité Encres Vives (04/2020), dédié à la mémoire de

Jean-Max Tixier et Jacques Lovichi