Collection "Encres Blanches"

(Suite)

DERNIÈRES PARUTIONS DANS LA COLLECTION

Parutions 2020
EB-795.jpg

Nicolas BONNET-MIMASSIAN, Quelque part...

Coll. “Encres Blanches" n° 795. Couv. originale André Falsen.

Parution : 04/2020, 16 p., 6,10 €

 

PRÉSENTATION

"Pourquoi la nuit s'étire-t-elle ?

- Parce qu'elle respire.

Un peu mauvais :

- Moi aussi je respire. J'inspire, j'expire et je recommence. Mais je ne m'étire pas, moi. Je ne fais pleurer personne en respirant non plus.

Tout doucement, comme un murmure :

- C'est qu'elle respire différemment de toi... de moi aussi, de tout le monde je crois...

Avec une petite moue jalouse, s'énervant un peu :

- Et comment elle respire alors, la nuit, si elle ne respire pas comme nous ?

- Elle inspire en une seule fois toute une vie  de petites inspirations."

Parutions 2019
EB-773.jpg

AKOPIAN, Charles, Ressacs

Coll. “Encres Blanches" n° 773. Couv. originale Arthur Akopy.

Parution : 08/2019, 16 p., 6,10 €

Présentation : Ressacs est composé de deux séquences : Le tremblé d'une vie et La pêche au corps à corps. Certains poèmes ont paru dans les revues La Main millénaire et Recours au poème.

Extrait :

Dans une voix, combien de vies,

D'histoires tatouées sur la langue ?

La bouche close porte en elle

Le lit de l'écorché vif.

Un chant déraciné ouvre la cage

Au patrimoine disparu,

Les voyages, heureusement,

Peuvent inverser le temps.

EB-771.jpg

ANGUÉ, Jane, Des fleurs pour Bach

Coll. “Encres Blanches" n° 771.

Parution : 08/2019, 16 p., 6,10 €

EXTRAIT :

Tu as partagé tes mots ;

ils font leur propre chemin.

Ceux-ci, entre nous,

peuvent se mettre entre nous.

Attends dans l'ombre,

définition suspendue,

la mesure que tu voudras.

IMG_20190516_0001.jpg

TIGIRLAS, Luminitza C., Nuage lenticulaire

Coll. “Encres Blanches" n° 765.

Parution : 06/2019, 16 p., 6,10 €

PRÉSENTATION :

 

PRUTUL est une rivière

et je suis son bord

du côté de l'Est

toujours en saignement

de frontière

(extrait d'un poème paru dans la revue Verso n° 171, 2017)

Parutions 2018

FORGERON, Arnaud, Apprendre à aimer chaque pas

Coll. “Encres Blanches" n° 729. Couv. originale d'André Falsen.

Parution : 05/2018, 16 p., 6,10 €

Extrait : 

Goutte, filet, rigole, ruisseau, rivière, fleuve, l'eau s'immisce comme les mots, traversant les obscurités et les pleines lumières. Il y a aussi les chevelures scintillantes des comètes frottant leurs peaux à l'atmosphère, leurs désirs ardents de corps de glace.

Il y a les poèmes comme des lèvres d'encres qui préfèrent chuchoter, les icebergs comme des mots de banquise qui se détachent, le chant des oiseaux comme musique du monde, et ce temps qui passe à ne pas déranger l'ordre des choses.

Il y a, quelque part, ce qui nous manque ici, cette absence, cette présence de l'intouchable, ces bouts de nous-même jamais conquis.

TARTAYRE, Jean-Michel, Neptune

Coll. “Encres Blanches" n° 728. Couv. originale d'André Falsen.

Parution : 05/2018, 16 p., 6,10 €

Extrait : 

Demeurer en surface et regarder autour

Ce bleu minéral,

Seul en mer et craignant Neptune —

La justice de son trident,

La célérité de son attelage,  — chevaux et dauphin.

Et ne sachant rien d'autre que cette couleur de l'instant.

Rien.

Parutions 2017

ROTH, Jean-Marc, La Faille du jour

Coll. “Encres Blanches" n° 714. Couv. originale d'André Falsen.

Parution : 12/2017, 16 p., 6,10 €

Extrait :  Le vitrail jaune / Repeint le passage des apparences / Carnaval des saisons / Valse de chaque seconde / entailles et résidus de lumière vivace // L'abbaye sommeille // Je confonds ma présence / Avec celle des âges qui combattent les murs / et meurtrissent les pierres / En de cruelles fissures // Je ne suis qu'une ombre perdue / Par-dessus l'instant / qu'amenuise les puits de lumière / et je vis du sourire / à cette lueur solitaire ! // Tandis que la nuit s'unit / Peu à peu à son vitrail le plus opaque

ROOS-WEIL, Richard, Le Parvis des ombres

Coll. “Encres Blanches" n° 712. Couv. originale de l'auteur.

Parution : 12/2017, 16 p., 6,10 €

Présentation de l'auteur :  le thème du Parvis des ombres doit sûrement beaucoup à mon activité professionnelle de médecin hospitalier. une certaine mélancolie s'y explique par la détresse côtoyée. Mais j'espère que s'y lit un peu d'ironie, de légèreté et de tendresse.

MARQUET, Fabien, La Main sur l'essieu

Coll. “Encres Blanches" n° 711. Couv. originale d'André Falsen.

Parution : 12/2017, 16 p., 6,10 €

Extrait :  Je cherche le dernier mot de mêlée / pour retrouver ta main de cuivre / la main promise au sablier / le temps le plus sensible enfant aux mains prodigues.

FORGERON, Arnaud, Mémoires d'après

Coll. “Encres Blanches" n° 706. Couv. originale d'André Falsen.

Parution : 09/2017, 16 p., 6,10 €

Présentation de l'auteur : Mémoires d'après est un recueil composant un triptyque avec Chemin de Rineve (Encres Blanches n° 687, 2017) et À la laisse de mer (Lieu n° 338, 2017) autour des géographies de notre beau vaisseau bleu, du temps et du cosmos. L'existence, l'être, le vivant, la vie, "l'être là". Ce triptyque est salé, entre autre, par l'océan Atlantique, l'Île d'Oléron, la Charente-Limousine, le Périgord Vert et infusé dans les courants de l'astrophysique et des sciences du vivant.

Marie de VEZINS, Sur le point allumé

Coll. “Encres Blanches" n° 703.

Parution : 08/2017, 16 p., 6,10 €

Présentation :  Sur le point allumé rassemble des poèmes-veilleurs de rêves, habités d'une lumière invisible et secrète. La poésie est un miroir au songe qui brûle, une tendre respiration de l'être au monde, toujours nouvelle et conductrice d'une parole pure, libre de tous ses mots, affranchie de l'instant et du devenir. Elle est le grand sommeil du monde à la porte des jours, l'inoubliable morte-amoureuse pendue à nos fenêtres. Elle est à rencontrer sur ces quelques morceaux proposés à la lecture éclairée de vos inépuisables bouches. Chers lecteurs, vous êtes embrassés.

Geneviève BERTRAND, Et il y eut un corps

Coll. “Encres Blanches" n° 700.

Couv. originale de Daniel Vincent et Colette Papilleau.

Parution : 07/2017, 16 p., 6,10 €

Présentation de l'auteur : née d'un aller-retour entre danse et poésie qui se font écho, cette écriture résulte d'un travail d'échange, d'écoute et d'amitié entre l'auteur et Marie-Hélène Desmaris, danseuse et chorégraphe aixoise (Compagnie Marie-Hélène Desmaris, association Virgule et Pointillés). Ce texte a fait l'objet de plusieurs duos "Danse-Lecture".

Élodie LOUSTAU, S'effacer

Coll. “Encres Blanches" n° 696. Illustration de couv. Claude Barrère.

Parution : 07/2017, 16 p., 6,10 €

4e de couverture :  Il parle // des sens figés au seuil de la gorge / Tombe / Tombe / Tombe dans la chair dispersée / Tombe dans l'ardente fraîcheur / Tombe dans le ventre de ta tombe // insoumise

Ce recueil voudrait s'engager dans une écriture narrative et poétique, volontiers syncopée dans sa physicalité, obsessionnelle aussi, jusqu'à l'effacement.